La Belle, une expédition

La Belle est l’un des quatre navires (avec Le Joly, L’Aimable et le Saint-François) de l’expédition menée par René Robert Cavelier de La Salle dans le Golfe du Mexique, visant à établir une colonie française à l’embouchure du Mississippi. L’armateur était Louis XIV, le chantier naval : Rochefort.

L’expédition quitte le port de La Rochelle le 24/07/1684 avec 300 personnes à bord (membres d’équipage, soldats et colons). Cette expédition qui devait être une conquête va vite se transformer en une débâcle.

  • Le Saint-François est pris par des corsaires espagnols au large d’Hispaniola
  • Puis La Salle rate l’embouchure du Mississippi, continue de longer la côte vers l’ouest, se retrouvant non loin de ce qui est actuellement la baie de Matagorda au Texas.
  • L’Aimable s’échoue sur un banc de sable
  • Le Joly rentre en France une fois son chargement débarqué.

Ne reste donc plus que La Belle.

En février 1685, La Salle fait entrer la Belle dans le chenal menant à la baie de Matagorda (vaste baie se situant sur la côte de l’Etat du Texas). La Belle est le seul bâteau restant pour mener à bien le projet de colonie. La Salle fonde le Fort Saint-Louis, à quelques kilomètres à l’intérieur des terres,  sur les berges de la Garcitas Creek (fleuve du Texas se jetant dans la bie de Matagorda).

Au début de 1686, la Belle est prise dans un ouragan, et fait naufrage dans la baie de Matagorda, causant la perte de la colonie du Fort Saint-Louis. En effet, il n’y avait plus aucun navire pour chercher du renfort dans les colonies françaises des Caraïbes ou revenir en France.

La Salle décide d’aller chercher de l’aide en remontant au Canada par les terres. A la suite d’un différent, il est assassiné le 19/03/1687 par deux de ses hommes. Seuls six membres de l’expédition parviennent à rentrer à Ville-Marie en juillet 1688 puis en France. A Fort Saint-Louis, les colons restants sont massacrés par les Karankawas, à l’exception de quelques enfants, qui seront récupérés l’année suivante par les Espagnols. 

Pour rappel :

A la fin du XVIIème siècle, une grande partie de l’Amérique du Nord est occupée par les pays Européens.

  • L’Espagne possède la Floride, le Mexique et la plus grande partie du sud-ouest du continent nord-américain
  • Les Britanniques possèdent la côte nord-atlantique
  • Les Français occupent la Nouvelle-France, une grande partie de ce qui est aujourd’hui le Canada ainsi que le Pays des Illinois.

D’après sa reconstitution par les archéologues américains, la Belle est une petite barque de trois mats, mesurant près de 17m de long, armée de 6 canon et de 8 pierriers. Le bateau a été construit à Rochefort en mai et juin 1684. La Belle est mise à l’eau le 1er juillet 1684.

Quand les archéologues retrouvent la coque du bateau trois siècles plus tard, ils notent des chiffres et des lettres sur les bois de construction principaux laissant supposer qu’il était prévu qu’il soit transporté en pièces détachées et construit sur place.

La Belle aurait été conçue par Honoré Mallet, nommé en 1682 premier charpentier à l’arsenal de Rochefort ou tout du moins par un de ses proches (fils, beau-fils?).

Pendant plus de trois siècles, l’épave de La Belle reste dans l’oubli.

Une première tentative de recherche a lieu en 1978, sans succès. Une deuxième campagne débute en 1995 où elle est redécouverte par les archéologues américains James E. Bruseth, Layne Hedrick et John de Bry. Les plongeurs remontent des objets qui sont rapidement reconnus comme étant d’origine française et datant approximativement du XVIIème siècle. Les plongées se poursuivent jusqu’à la découverte d’un canon de bronze décoré aux armes de Louis XIV, et plus précisément aux armes de Louis de Bourbon, fils illégitimes du roi né en 1667 et nommé Comte de Vermandois en 1669.

La fouille de La Belle est considérée comme le chantier d’archéologie navale « sous atmosphère sèche » le plus important mené en Amérique du Nord. Il est nécessaire d’utiliser un batardeau, construit de mai à août 1996. Celui-ci consiste à entourer l’épave d’une double paroi en acier, remplie de sable et de pomper l’eau à l’intérieur de l’enceinte afin de créer les conditions d’une fouille à sec. L’enceinte du chantier de fouille entourant l’épave mesure 25m sur 16m. Toutefois certains objets étant considérés comme les plus fragiles sont arrosés en permanence.

Les objets récupérés de la cargaison de La Belle sont dans un état proche de celui de leur origine trois cents ans auparavant.

La cargaison de La Belle est répartie dans trois compartiments principaux :

  • la cale avant : contenant la majeure partie de la cargaison que La Salle avait prévu pour sa colonie de Fort Saint-Louis
  • la cale arrière : contenant des objets qui devaient être destinés à l’équipement et à la défense de la colonie
  • la soute de poupe, située à l’extrémité arrière, contenant des armes dont cinq pots à feu (engins incendiaires constitués d’un pot en terre dans lequel on mettait un liquide combustible et de la grenaille et refermé par un bouchon de bois…… l’ancêtre du cocktail molotoff).

Il est possible de voir l’épave de La Belle au Bullock Texas State History Muséum en 2016. Plus d »1,6 millions d’objets ont été sortis de l’épave de La Belle.

Qui est Robert Cavelier de La Salle :

Le Normand Robert Cavelier, sieur de La Salle, est né le 21 novembre 1643 à Rouen, (Il étudie au collège des jésuites de Rouen et entre au noviciat de la Compagnie de Jésus, au sein de laquelle il formule ses vœux en 1660). Il pratique l’enseignement, puis demande à être relevé de ses vœux pour « infirmités morales», le 27 mars 1667.

Il fut le premier Européen à trouver l’embouchure du Mississippi en 1682, en descendant depuis le Canada et les Grands Lacs, découvrant ainsi que cette voie mène au golfe du Mexique.

La Salle revendique le 09 avril 1682 la vallée du Mississippi au nom du roi de France, Louis XIV, et la baptise Louisiane en son honneur (cette région était possession espagnole depuis 140 ans!).

Rentré du Nouveau Monde, il n’a qu’une idée, tirer profit de sa connaissance du Mississippi en installant un comptoir à son embouchure.

En octobre 1683, l’Espagne déclare la guerre à Louis XIV, qui va donc accorder sa bénédiction au projet américain de La Salle, à la condition qu’il s’acquitte d’une stratégique mission secrète : lorgner vers le Mexique et ses mines d’argent, qui alimentent les caisses de Charles II d’Espagne.

L’expédition quitte le port de La Rochelle le 24 juillet 1684.

La Salle installe « sa colonie », le Fort Saint-Louis, sur une hauteur près d’une rivière à une cinquantaine de kilomètres de la côte

En janvier 1686, avec une vingtaine d’hommes, il part vers l’est à la recherche du Mississippi. Il ignore qu’il est à plus de 600km du grand fleuve qu’il ne retrouvera jamais.

La Belle est échouée dans la baie de Matagorda en raison de l’ivresse du pilote. L’eau potable commence à y manquer. Après que plusieurs de ses hommes soient morts de soif, La Salle retourne au fort Saint-Louis.

Après le naufrage de son dernier bateau, prise dans une tempête, l’unique porte de sortie se situe au Canada, à 500 lieues de là. En janvier 1687, il abandonne à leur sort le fort Saint-Louis et les 20 colons qui restent et part avec 16 hommes.

Finalement une partie de sa troupe se retourne contre lui le 19 mars 1687 et l’explorateur est abattu d’une balle dans la tête. Il est dépouillé de ses vêtements et son corps est livré en pâture aux bêtes sauvages.

Quels rapports avec La Chapelle des Pots :

Les chercheurs archéologues de Houston ont découvert lors des fouilles de La Belle un grand nombre de vestiges de poteries.

Il est rapidement conclu, suite aux découvertes de poteries en Louisiane, dans des tombes d’indiens Tonica, que ces poteries viennent de France et plus précisément de l’ouest du pays, lieu de départ important des marchandises en partance pour la Louisiane au 18ème siècle.

Haut de page
Copier le lien